5 fausses bonnes idées pour renégocier à la baisse vos charges de copropriété

le 6 novembre 2018

Chercher à faire des économies dans sa copropriété est légitime. Mais attention à ne pas prendre de mauvaises décisions. Comme dans d’autres domaines, de fausses bonnes idées circulent et causent souvent plus de mal que de bien.

5 fausses bonnes idées pour renégocier à la baisse vos charges de copropriété

Crédit: iStock.

Selon l’Observatoire des charges de l’ARC, l’Association des responsables de copropriété, en 2017, ce sont les contrats d’assurance de la copropriété qui arrivent en tête des plus fortes hausses de tarifs (+ 6,7 %)Suivent les charges de gardiennage, avec une majoration de 5 %. Les frais de gestion, c’est-à-dire les honoraires du syndic, progressent, quant à eux, de 3,2 %. Les autres ont moins flambé, avec une majoration comprise entre 0,4 et 2 %. Le chauffage, qui représente le premier poste de dépenses, a même diminué de 1,1 % entre 2016 et 2017 en raison d’un hiver doux, alors que les prix des énergies utilisées se sont accrus d’environ 6 %. Raboter ces postes de dépenses incontournables est possible. Mais leur remise en ordre ne doit pas être réalisée n’importe comment.

Croire qu’il est possible de baisser les charges de 50 %

Il est tentant de penser que les charges peuvent être réduites drastiquement et certains interlocuteurs peu scrupuleux qui gravitent autour des copropriétés peuvent le laisser croire. Mais une baisse d’ampleur est très difficile à obtenir dans un immeuble qui fonctionne de façon normale. Mieux vaut tabler sur un rabais de 10 à 15 %, plus réaliste.

Confier un objectif d’économies au syndic

Laisser les manettes de l’immeuble au syndic en attendant qu’il parvienne à limiter la hausse des charges sans que les copropriétaires aient à s’investir est une erreur. En effet, même si le syndic est le mandataire de l’immeuble, il ne peut pas prendre de décisions à la place des copropriétaires. Il ne peut pas décider seul de baisser le chauffage dans l’immeuble, par exemple. Le syndic doit s’appuyer sur un groupe de copropriétaires : le conseil syndical. Elu pour trois ans au maximum par l’assemblée générale, le conseil syndical a pour mission de contrôler et d’assister le syndic.

Reporter les travaux d’entretien

Il est de plus en plus fréquent de différer des travaux qui semblent pouvoir attendre. Attention à bien doser. Des réparations effectuées rapidement évitent que les problèmes s’aggravent. De plus, si ce report est cumulé sur plusieurs années, les dépenses deviennent parfois insurmontables.

Se lancer dans des gros travaux pour réduire le coût du chauffage

Le poste de chauffage représente 28 % des charges de copropriété et le réduire permet déjà de réaliser des économies substantielles. L’heure est aux travaux d’isolation, fort coûteux. Toutefois, il est important de ne pas se lancer sans mener une véritable réflexion sur le sujet. Sinon, gare aux désillusions ! Commencez par maîtriser l’installation de chauffage actuelle et par l’entretenir.

Couper dans les dépenses de manière excessive

Supprimer le gardien, réduire la venue du jardinier, former un syndic bénévole… Il est possible de couper drastiquement certaines dépenses pour diminuer la note. Mais en prenant le risque de dégrader la qualité de vie dans l’immeuble ou d’être débordé par des tâches non anticipées.

Ils parlent de nous :

Appelez-nous