A Aubervilliers, 90 000 euros d’impayés dans une copropriété de 35 logements

le 20 février 2019

Dans cet immeuble de Seine-Saint-Denis, environ un quart des copropriétaires ne règlent plus leurs charges, et des travaux importants ne peuvent être réalisés. Une situation que rencontrent de nombreuses copropriétés, avec une explosion des procédures judiciaires en dix ans.

A Aubervilliers, 90 000 euros d’impayés dans une copropriété de 35 logements

Des copropriétaires, qui représentent 7 à 8 appartements sur 35, ont cessé depuis belle lurette de payer leur part. LP/Philippe Lavieille

On l’imagine avant, du temps de sa jeunesse, ce grand bâtiment crème de cinq étages, construit en 1959 à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) au nord de Paris. Aujourd’hui, la jolie couleur crème est balayée un peu partout de traces noirâtres. Le petit jardin devant l’immeuble, sous les fenêtres en bois d’origine, a dû être joli lui aussi. Dans l’entrée, près de la cage d’escalier, la peinture est écaillée et les boîtes aux lettres font peine à voir.

Voilà près de 37 ans que Douce, ancienne salariée dans la restauration, assiste depuis son logement du 5e étage à cette lente mais inexorable décrépitude. Les charges de copropriété, pourtant, qui devraient servir à rénover l’ensemble, sont de plus en plus élevées. « Oui, mais une partie sert d’abord à payer le fioul, qui est de plus en plus cher », fait remarquer cette vieille dame, qui doit débourser chaque trimestre 920 euros de charges, soit plus de 300 euros par mois. Parfois, elle se débrouille seule en piochant dans sa retraite de 1200 euros ; parfois, quand l’addition revient trop vite, son fils et sa fille l’aident.

Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), le 10 février. Douce doit débourser chaque trimestre 920 euros de charges./LP/Philippe Lavieille

Une autre habitante de l’immeuble, Cécile*, trouve elle aussi la facture très douloureuse : 245 euros/mois. Le gros souci, surtout ? Si Douce comme Cécile assument leurs charges, d’autres copropriétaires, qui représentent 7 à 8 appartements sur 35, ont cessé -par nécessité ou de mauvaise foi ?- depuis belle lurette de payer leur part. Un phénomène inquiétant qui prend de l’ampleur en France : les conflits devant les tribunaux pour cause de charges de copropriété impayées ont explosé de 29 % entre 2007 et 2017, révèle une étude du ministère de la Justice.

« Beaucoup de voisins ont du mal à sortir les sommes nécessaires », atteste Douce. Ces dernières années, les impayés se sont envolés, atteignant aujourd’hui la somme astronomique de 90 000 euros ! Impossible, avec une telle dette, de lancer des travaux dignes de ce nom.

Presque aucun gros chantier depuis des décennies

De fait, depuis leur arrivée, en 1982 pour l’une, et en 1985 pour l’autre, quasiment aucun gros chantier n’a été réalisé sur ce bâtiment datant de 1959. Le ravalement extérieur ? Le dernier date de 1981. Les deux chaudières d’origine, qui tombent en panne une à deux fois par an, et qu’il faudrait changer pour 100 000 euros environ ? C’est niet. Le remplacement de l’ascenseur, lui aussi d’origine ? Tout aussi irréalisable.

Pis, dans ce contexte financièrement difficile, même des travaux plus modestes ne peuvent être réalisés : « On a voté la réfection des cages d’escalier avec mise en peinture, mais même ça, cela ne se fait pas », regrette Cécile, 79 ans. Tout juste la porte d’entrée et celle de la cave ont-elles été changées récemment.

LIRE AUSSI >Quelques conseils pratiques pour éviter les impayés

Bien sûr, le syndic de copropriété essaie de convaincre les propriétaires retardataires -dont peu vivent sur place- de rembourser leur dû. En dernier ressort, les responsables du syndic ont récemment voté la mise en vente d’un petit 39 m2 au dernier étage. Et pour cause : son propriétaire devait 33 000 euros d’arriérés d’impayés à la collectivité ! L’appartement sera bientôt mis en vente aux enchères à Bobigny, avec un prix de départ (pour rembourser la dette) de 40 000 euros. Pour le moment, il n’a pas trouvé preneur.

Car ici, les biens se déprécient et le poids élevé des charges en décourage plus d’un. « Il y a huit ans, mon appartement a été estimé 200 000 euros mais depuis, avec tout ce délabrement, je suis sûre qu’il vaut beaucoup moins », assure Douce, tout en gardant le sourire.

*Le prénom a été changé à la demande du témoin.

Source : Le Parisien

Ils parlent de nous :