Anah : une modernisation des aides à la rénovation

le 28 avril 2019

On le sait, beaucoup de personnes renoncent à la rénovation énergétique par manque d’information sur leurs droits.

Anah : une modernisation des aides à la rénovation

En effet, s’il existe de nombreuses aides pour financer les travaux – voire les prendre en charge de manière importante, les Français ne les connaissent pas toujours, et ne font pas les démarches pour se tenir au courant. Dans le souci de réduire les problèmes de déperditions énergétiques dans les logements « passoires » et d’accompagner les familles les plus modestes à engager les chantiers nécessaires, l’Anah modernise ses dispositifs, tout en leur offrant une meilleure lisibilité.

Un nouveau site Internet, plus simple et plus compréhensible

L’Anah ne se contente pas d’une augmentation de son budget pour 2019  : afin de se donner toutes les chances de toucher un public large et d’accompagner les foyers dont les revenus sont faibles dans la rénovation, elle a refondu intégralement son site web.

Dans un communiqué paru mi-avril, l’Agence nationale de l’habitat cite, parmi les objectifs de cette nouvelle interface web, le souhait d’accroître son efficacité, mais aussi de rendre les aides plus visibles et les démarches pour en bénéficier moins complexes.

Désormais, toutes les personnes qui se connectent sur le site de l’Anah commencent par renseigner leur profil (collectivité, propriétaire occupant, propriétaire bailleur, copropriété, professionnel) afin d’accéder à des contenus directement pensés pour répondre à leurs propres questions. On peut également trouver un point d’information proche de chez soi en tapant son code postal, ou effectuer simplement une demande d’aide aux travaux en ligne.


Combien vous coûterait la rénovation énergétique de votre logement ? Faites le test dès maintenant et estimez le coût de vos travaux.


Des dispositifs renommés et plus lisibles

Si les critères d’éligibilité aux aides de l’Anah sont restés globalement identiques et si leur objectif n’a pas changé sur le fond, les noms ont été modifiés, encore une fois dans une optique de simplification. Désormais, on distingue les trois programmes suivants :

  • Habiter sain, pour améliorer un habitat considéré comme très dégradé ou insalubre
  • Habiter serein, pour remettre en état un logement dans le cadre d’un chantier d’envergure importante
  • Habiter facile, pour adapter un logement au vieillissement, au handicap ou à la perte d’autonomie dans les mouvements

Source : Quelle Energie

Ils parlent de nous :