En février dernier, la commune de Berre-l’Étang, dans les Bouches-du-Rhône, manifestait toute l’étendue de son opposition au déploiement des compteurs électriques Linky. La bourgade de presque 14.000 habitants avait pris la décision, à la suite d’une délibération, de bannir ce nouveau compteur dit intelligent. Mais le tribunal administratif de Marseille a pris l’affaire en main, et vient de rendre sa décision en première instance, fait savoir vendredi La Provence.

Et ce n’est sans doute pas celle que la commune souhaitait entendre. La justice a donc décidé de suspendre la délibération prise par la ville. Cette dernière n’a pas tardé à réagir. Mario Martinet, maire de Berre-l’Étang, a ainsi affirmé, dans des propos cités par le quotidien régional : « La commune de Berre-l’Étang fera appel de cette décision, avec le concours de Maître Corinne Lepage, son avocate, et usera de toutes les voies de recours possibles, jusqu’aux plus hautes juridictions Françaises et Européennes ».

La ville a par ailleurs de nouveau apporté son soutien au mouvement que mène Corinne Lepage au niveau national. L’ancienne ministre de l’environnement demande qu’un « moratoire sur l’installation des compteurs Linky [soit mis en place] le temps que soit réalisée une étude vraiment globale, fouillée et surtout impartiale sur leurs possibles dangers et dérives ».

Trois communes déjà déboutées

Le déploiement de ces nouveaux compteurs électriques intelligents fait désormais polémique depuis plusieurs mois. Enedis (ex-ERDF), gestionnaire de 95 % du réseau électrique français, doit installer quelque 35 millions de boîtiers d’ici 2021 afin de remplacer des compteurs devenus pour certains trop vétustes. Une partie de la France, 11 millions de foyers, a déjà a été équipée. Mais cette installation, qui répond à une directive européenne, provoque la colère de certains qui craignent un effet néfaste des ondes sur la santé, ou encore que les données personnelles des clients soient manipulées.

Plusieurs élus se sont rebellés contre la pose des compteurs Linky, en les interdisant de leurs communes, à l’instar de Berre-l’Étang. Seulement voilà, le 18 juillet dernier, trois municipalités étaient déboutées par le Conseil d’Etat après une plainte auprès de la Cnil les opposant à Enedis sur la collecte des données personnelles par le compteur.

Source : Capital