Chauffe-eau, murs : un coup de pouce pour vos travaux de rénovation thermique

le 16 mars 2018

Une nouvelle aide financière, Habiter mieux agilité, est octroyée aux ménages souhaitant réaliser, vite, des travaux simples.

Chauffe-eau, murs : un coup de pouce pour vos travaux de rénovation thermique

Si changer une chaudière coûte entre 3 500 et 5 000 €, l’aide Habité mieux agilité variera de 1 200 à 2 500 € selon vos ressources. LP/MATTHIEU DE MARTIGNAC

Votre chauffe-eau vient de rendre l’âme en plein pic de froid ? Vos murs, c’est désormais certain, sont de véritables passoires énergétiques, et votre facture de gaz ou d’électricité s’en ressent ? Voilà une nouvelle aide financière faite pour vous : grâce à l’offre Habiter mieux agilité*, vous allez pouvoir réaliser des travaux urgents et/ou simples à réaliser, le tout, à moindre coût. Votée par l’Agence nationale de l’amélioration de l’habitat (Anah) en novembre, disponible depuis janvier mais absolument méconnue, cette aide est octroyée sous condition de ressources.

Une famille de 4 personnes résidant en Île-de-France est ainsi éligible dès lors que son revenu fiscal de référence est inférieur à 50 000 €. Pour la même famille, basée en province cette fois, le plafond de revenus sera de 38 000 €.

Les sommes en jeu sont douillettes. Si changer une chaudière coûte entre 3 500 et 5 000 €, l’aide variera de 1 200 à 2 500 € selon vos ressources. Si vous choisissez plutôt de remplacer votre chauffe-eau par une pompe à chaleur, le coût de l’opération bondit – entre 10 000 et 15 000 euros -, mais l’aide aussi : entre 3 500 et 7 500 €. Enfin, si vous optez pour l’isolation des murs de votre maison de 100 m2, vous en serez de 11 000 à 15 000 euros de votre poche, moins une aide variant cette fois de 3 850 à 7 500 €.

Trois types de travaux

« Selon les cas, l’aide représentera entre 35 et 50 % du coût total de l’opération », se réjouit-on à l’Anah, où l’on croit au succès de ce nouveau dispositif, qui vient en complément d’un autre existant déjà.

Depuis 2010, en effet, une autre aide existe, baptisée Habiter mieux sérénité. « Elle permet aux ménages de réaliser un bouquet de travaux importants pour la rénovation énergétique de leur logement, avec comme objectif ambitieux de gagner 25 % en performance énergétique », explique Vincent Perrault, le responsable des programmes Habiter mieux à l’Anah. Entre 2010 et aujourd’hui, plus de 200 000 ménages en ont bénéficié, pour une aide moyenne de 9 000 à 10 000 euros par habitation – parfois beaucoup plus.

« Mais on s’est rendu compte, poursuit Vincent Perrault, que bien d’autres ménages, parfois modestes, avaient un besoin ponctuel de réaliser telle ou telle réfection, parfois dans l’urgence. Il fallait donc un dispositif plus souple et plus simple. » Habiter mieux agilité finance donc uniquement trois types de travaux, considérés comme les plus efficaces en matière de rénovation thermique : le changement d’une chaudière, l’amélioration de l’isolation des murs ou celle des combles.

75 000 logements pourraient être rénovés en 2018

Pour que le chantier puisse commencer, les ménages n’ont qu’une seule contrainte : accepter de passer par une entreprise dotée du label RGE (Reconnu garant de l’environnement), dont la liste est disponible sur un site ad hoc.

Tout compris, pour ces deux aides cumulées, ainsi qu’une troisième lancée l’an dernier et dédiée cette fois aux copropriétés fragiles cherchant à faire des travaux, l’Anah estime à 75 000 le nombre de logements qui pourraient être rénovés en 2018, contre 52 000 en 2017 et 40 000 en 2016. En hausse, l’enveloppe budgétaire servant à financer ces dispositifs sera de 800 M€ cette année.

Une bonne surprise n’arrivant jamais seule, sachez enfin que vous pouvez cumuler cette nouvelle aide avec plusieurs autres dispositifs et subventions.

* Pour tout renseignement, composez le 0808 800 700 (numéro gratuit)

Source : Le Parisien

Ils parlent de nous :