Currently set to No Index
Currently set to No Follow

Clichy : après les banderoles, la résidence Jean-Moulin sera rénovée

le 3 mai 2019

Le bailleur Hauts-de-Seine Habitat financera à plus de 80 % les travaux de cet ensemble de 250 logements où cohabitent locataires et propriétaires.

Clichy : après les banderoles, la résidence Jean-Moulin sera rénovée

Clichy, octobre 2018. Les locataires de la résidence Jean-Moulin qui réclamaient la rénovation de leur immeuble ont obtenu gain de cause. LP/A.-S.D.

La mobilisation n’aura pas été vaine. En octobre dernier, les locataires de la résidence Jean-Moulin à Clichy accrochaient leurs doléances à leurs fenêtres. Ils reprochaient à leur bailleur Hauts-de-Seine Habitat la mise en vente des appartements sans travaux préalables. Un plan d’accession à la propriété sans obligation mais pas sans conséquences pour ceux qui prendraient le risque de s’endetter au regard des nombreux griefs exposés par l’amicale des locataires. Celle-ci réclamait un audit et la rénovation de l’imposant immeuble de la rue Martre.

Une procédure complexe puisque la résidence est déjà une copropriété. En 2002, une quarantaine d’appartements sur 250 avaient été vendus pour renflouer les caisses de l’ancien bailleur Clichy Habitat. « En juin 2018, l’assemblée générale des copropriétaires avait sursis à statuer sur la réalisation d’un audit », rappelle Damien Vanoverschelde, directeur de Hauts-de-Seine Habitat, certes majoritaire mais qui ne peut rien décider seul.

« Après la mobilisation des locataires, j’ai écrit au syndic pour demander l’organisation d’une assemblée générale extraordinaire qui a finalement voté en faveur de la réalisation du diagnostic technique global », poursuit le bailleur.

Un plan de 4 millions d’euros

Et Hauts-de-Seine Habitat admet désormais la nécessité de réaliser d’importants travaux avant de poursuivre le processus de vente aux locataires. « Un plan d’au moins 4 millions d’euros pour refaire notamment les façades, les parties communes, l’étanchéité des balcons », précise Damien Vanoverschelde. Le bailleur assumera plus de 80 % du financement des travaux.

Le reste est à la charge des 40 propriétaires. « Ces derniers vont être accompagnés par les services de la ville pour solliciter des subventions auprès de l’agence nationale de l’habitat », explique le maire (LR) Rémi Muzeau qui a écrit cette semaine aux résidents, les informant avoir « convaincu le bailleur social d’effectuer les travaux attendus ».

Les locataires restent prudents

Une nouvelle accueillie avec satisfaction mais aussi prudence. « Nous nous félicitons de ce dénouement mais nous attendons désormais de plus amples informations et surtout la concertation obligatoire, car de nombreux points doivent être abordés », souligne Robert Crémieux, président de l’amicale confédération syndicale des familles de la résidence.

Il évoque ainsi la question des mises aux normes électriques des appartements et celui des dizaines de logements actuellement vacants. Pas question de crier victoire trop vite pour celui mène la fronde depuis plus d’un an. « Voilà des mois que le bailleur nous dit que des travaux ne sont pas nécessaires et du jour au lendemain la facture est de 4 millions d’euros », appuie Robert Crémieux.

De son côté, Hauts-de-Seine Habitat, qui travaille « en étroite collaboration avec le syndic », promet une concertation à la rentrée prochaine et des travaux pour le deuxième semestre 2020.

Source : Le Parisien