Un milliard d’euros en deux ans : voilà la manne que le gouvernement s’apprête à distribuer aux familles confrontées à la hausse de leurs dépenses de chauffage, rien que pour respecter son objectif de remplacer 600.000 chaudières vétustes, qu’elles soient au fioul ou au gaz. Si tous les ménages auront droit à une aide, les plus modestes d’entre eux pourront se faire financer entièrement l’opération, facturée un euro symbolique. Les installations de chauffage ne sont d’ailleurs pas les seules concernées par cette généreuse politique : qu’il s’agisse d’installer un double vitrage ou d’isoler ses combles, le cumul des diverses aides permet, comme le montre notre tableau, de se faire rembourser de 25 à 50 % du prix des équipements (la pose n’étant le plus souvent pas subventionnée), le tout, rappelons-le, au taux préférentiel de TVA de 5,5 %.

Ces coups de pouce ne seront pas de trop, car la rénovation thermique d’une maison individuelle coûte 11.750 euros en moyenne selon l’Ademe, pour culminer à 25.000 euros lorsque les travaux permettent de gagner deux crans sur son diagnostic de performance énergétique (DPE). Pour faciliter le travail, le gouvernement a aussi décidé d’unifier les conditions d’octroi de ces aides. C’est ainsi qu’elles imposent toutes de passer par un artisan  » reconnu garant de l’environnement  » (RGE) et que, dès juillet prochain, elles pourront être demandées quel que soit le logement, du moment qu’il a été construit il y a plus de deux ans. Enfin, elles s’appliquent désormais même si vous n’entreprenez qu’un seul type de travaux.

Première d’entre elles à solliciter : la prime d’économies d’énergie, aussi appelée certificat d’économies d’énergie (CEE). Payées par des fournisseurs comme Total, Engie et EDF, ou des grandes surfaces telles que Carrefour et Leclerc, qui se conforment ainsi à leurs obligations de lutte contre le réchauffement climatique, ces aides ont été récemment dopées pour les remplacements de chaudières (les  » coups de pouce  » de notre tableau) et ce jusqu’à fin 2020. Autant donc en profiter, même si le système veut que leur coût soit ensuite répercuté… sur la note finale de l’ensemble des clients ! Par simplicité, vous pourrez vous en remettre à l’artisan missionné pour les travaux, qui la déduira de sa facture.

Mais le plus rentable reste de la solliciter directement. Il faudra alors comparer scrupuleusement les offres, le montant variant du simple au double selon l’UFC-Que Choisir. C’est ainsi que, pour une chaudière à haute performance énergétique, le coup de pouce pour une famille de quatre personnes débute à 222 euros chez EDF, qui privilégie sans doute les équipements électriques, pour grimper aux alentours de 290 euros chez Leclerc et Engie, et atteindre 304 euros chez Total. Et encore s’agit-il d’estimations réalisées pour une rénovation dans l’Ain… Le même équipement, mais à installer dans les Bouches-du-Rhône, où les appareils, peu sollicités, polluent moins, rapporte une prime 40 % inférieure.