Arrêt de la Cour de cassation – 23 mai 2012

le 23 mai 2012

Le syndic de copropriété est responsable à l'égard du syndicat des copropriétaires des fautes commises dans l'accomplissement de sa mission, que ces fautes soient ou non détachables de ses fonctions.

N° de pourvoi 11-14599 du 23 mai 2012 - Cour de cassation Troisième chambre civile

LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l’arrêt suivant :

Donne acte à la société Matmut entreprises du désistement de son pourvoi en ce qu’il est dirigé contre la société Immo de France ;

Attendu, selon l’arrêt attaqué (Versailles, 20 janvier 2011), que la commune de Courbevoie, propriétaire d’une crèche qui subissait des infiltrations par une terrasse, a assigné, après expertise judiciaire, la société BFA fleurs qui la fleurissait, la société Matmut entreprises (la MATMUT) qui assurait cette société, et le syndicat des copropriétaires de l’immeuble 32-42 avenue de l’Arche à Courbevoie (le syndicat des copropriétaires) en réparation de son préjudice ; que le syndicat des copropriétaires a assigné la société Icade administration de biens devenue Immo de France, syndic de copropriété, et M. X..., alors propriétaire du lot auquel était attachée la jouissance de la terrasse, pour être garanti des condamnations susceptibles d’être prononcées à son encontre ; que M. X... a assigné son propre assureur, la société GAN assurances IARD, son vendeur, M. Y..., qui ne lui avait pas révélé les désordres, et l’assureur de celui-ci, la société Axa Courtage assurance devenue Axa France IARD ;

Sur le moyen unique du pourvoi principal, ci-après annexé, qui est recevable :  

Attendu qu’ayant, par motifs propres et adoptés, constaté que l’article n° 32 des conditions générales du contrat d’assurance produites par la MATMUT ne satisfaisait pas aux dispositions de l’article L. 113-1 du code des assurances et souverainement retenu que l’activité à l’occasion de laquelle la société BFA fleurs avait vendu et installé ou même simplement conseillé à M. Y... la plantation de bambous dans ses jardinières entrait bien dans les termes de la déclaration faite à son assureur “ fleuriste jardinerie “, la cour d’appel, qui a relevé à bon droit que la simple faute professionnelle ne pouvait justifier que soit refusée par l’assureur sa garantie et que l’article n° 32 ne recevait pas application en l’espèce, a pu en déduire que la Matmut devait garantie à la société BFA Fleurs des condamnations mises à sa charge au titre des dommages causés du fait de ces plantations ;

D’où il suit que le moyen n’est pas fondé ;

Mais sur le premier moyen du pourvoi incident :  

Vu l’article 1992 du code civil ;

Attendu que le mandataire répond non seulement du dol, mais encore des fautes qu’il commet dans sa gestion ;

Attendu que pour débouter le syndicat des copropriétaires de sa demande de condamnation de la société Immo de France à lui verser rembourser les frais d’urgence et de réparation de la terrasse, l’arrêt retient qu’il convient de relever la responsabilité de cette société qui a manqué à ses obligations professionnelles mais que cette faute n’est pas “ détachable “ de ses fonctions si bien que le syndic a engagé par son comportement la seule responsabilité du syndicat des copropriétaires lequel ne peut donc être admis à agir à son encontre à titre personnel ;

Qu’en statuant ainsi, alors que le syndic de copropriété engage sa responsabilité à l’égard du syndicat des copropriétaires dans l’exécution de son mandat, la cour d’appel a violé le texte susvisé ;

PAR CES MOTIFS, et sans qu’il y ait lieu de statuer sur les deuxième et troisième moyens du pourvoi incident :

CASSE ET ANNULE, mais seulement en ce qu’il déboute le syndicat des copropriétaires de son action en garantie à l’encontre de la société Immo de France, l’arrêt rendu le 20 janvier 2011, entre les parties, par la cour d’appel de Versailles ; remet, en conséquence, sur ce point, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel de Versailles, autrement composée ;

Condamne la société Matmut entreprises et la société Immo de France aux dépens des pourvois ;

Vu l’article 700 du code de procédure civile, condamne la société Matmut entreprises à payer à la société Axa France IARD et à M. Y..., ensemble, la somme de 1. 250 euros, à la société GAN assurances IARD et à M. X..., ensemble, la somme de 1 250 euros et à la commune de Courbevoie la somme de 1 250 euros ; condamne la société Immo de France à payer au syndicat des copropriétaires de l’immeuble sis 32-42 rue de l’Arche à Courbevoie la somme de 2 500 euros ; rejette les autres demandes ;

http://www.juricaf.org/arret/FRANCE-COURDECASSATION-20120523-1114599

Ils parlent de nous :

Appelez-nous