Grigny 2 : excédés, ces copropriétaires veulent enfin être entendus

le 10 juin 2019

Une vingtaine d’entre eux se sont réunis samedi pour dénoncer le manque d’investissements. Confiée à un écheveau de syndicats et administrateurs judiciaires, la gestion de cette copropriété semble inextricable.

Grigny 2 : excédés, ces copropriétaires veulent enfin être entendus

Grigny, samedi 8 juin 2019. Dans les rangs des copropriétaires de Grigny 2 rassemblés en association, on perd patience. LP/Gérald Moruzzi

Le ton et les larmes ont monté, ce samedi, sous les fenêtres des immeubles de la rue Lavoisier et du square Surcouf, dans le quartier de Grigny 2. Mobilisés par l’association Ensemble pour la réussite de Grigny 2, une vingtaine de copropriétaires étaient réunis pour échanger sur ce quotidien qui les mine.

Les rongeurs pullulent dans les caves, mais pas seulement. « Ils s’aventurent même jusqu’aux étages, en grimpant aux plantes ou dans les gaines électriques », indique un habitant. « Nous payons pour le nettoyage mais depuis un an cela n’a jamais été ramassé devant mes fenêtres », pointe un autre. « On nous envoie des factures grandes comme ça, se plaint Tulin, qui habite ici depuis trente ans. Mais quels services on nous rend ? »

Une copropriété très endettée

« Cela fait quarante ans que je vis ici et j’ai vu les choses se dégrader à un tel point, c’est désespérant », souffle Joëlle, 62 ans, qui ne rêve que de vendre son appartement. « Mais on ne m’en propose qu’une bouchée de pain », pointe-t-elle.

Asphyxié par les dettes, le syndicat principal, initialement en charge de la voirie, des espaces verts, de l’eau froide et du chauffage a été placé sous la tutelle d’un administrateur judiciaire en avril 2011. Avec la mise en place de l’opération de requalification des copropriétés dégradées en 2016, la santé financière de ce syndicat s’est nettement améliorée. « La gestion de l’eau froide a été confiée à la régie publique, la géothermie permet de faire des économies de chauffage et du foncier a été cédé », détaille le cabinet AJ Asociés. Pour les habitants, le résultat est là : une famille qui pouvait payer 1 300 € à 1 500 € de charges par trimestre ne paie plus que 180 € à 300 €.

Une gestion confiée à 27 syndicats

Mais ce syndicat ne gère pas les parties communes des immeubles et les parkings, confiés à 27 syndicats secondaires, dont certains placés sous la tutelle d’administrateurs judiciaire. « Une amélioration de la trésorerie va permettre le retour du nettoyage des parties communes, indiquait en mars dernier l’administrateur judiciaire en charge des bâtiments 1, 3 et 5 de la rue Lavoisier. Il est également envisagé de reprendre un gardien à mi-temps lorsque le syndicat aura les moyens de remettre en état la loge. »

Dans son dernier rapport daté du 10 avril dernier, ce cabinet en charge de 680 lots appartenant à 221 copropriétaires rappelle que cette copropriété de la rue Lavoisier souffre d’impayés correspondant à deux années de budget. Une précarité financière qui la met depuis plusieurs années « dans l’incapacité financière d’entretenir les parties communes qui se dégradent. »

Source : Le Parisien

Ils parlent de nous :