Habitat. Entre économie d’énergie et plaisir

le 16 mars 2019

L’annonce de la fin des chaudières à fioul sera l’un des principaux sujets du salon Habitat et jardin. Il réunira 180 exposants, du samedi 16 au lundi 18 mars, au parc des expositions de Penvillers, à Quimper.

Habitat. Entre économie d’énergie et plaisir

Le salon Habitat et jardin réunira 180 exposants, du 16 au 18 mars, au parc des expositions de Penvillers, à Quimper. (FRANCOIS DESTOC/LE TÉLÉGRAMME)

Changer sa vieille chaudière pour une énergie plus propre et surtout moins onéreuse. Le marché de la pompe à chaleur, de la chaudière gaz à condensation ou à bois rebondit depuis l’annonce de la fin programmée des chaudières à fioul. « Le gouvernement a mis les moyens en annonçant des aides cumulables », explique Pierre Lacoste. Directeur d’une société quimpéroise spécialisée dans l’installation de pompes à chaleur, l’artisan sera l’un des 180 exposants du salon Habitat dont les portes s’ouvriront samedi 16 mars, pour trois jours, au parc des expositions de Penvillers.

Pompe à chaleur à un euro

Dans la jungle commerciale des offres, le Point information énergie sera présent, comme à chaque édition de la manifestation, pour éclairer les candidats au changement de système de chauffage à y voir plus clair. Les aides pour en finir avec les chaudières à fioul dans dix ans ne sont pas négligeables. « Pour les personnes en très grande précarité, une pompe à chaleur ou une chaudière à condensation à un euro, ça existe », confirme Pierre Lacoste.

Les foyers fiscaux aux revenus confortables peuvent, quant à eux, bénéficier d’une aide équivalente à la moitié de la facture, par exemple pour l’installation d’une pompe à chaleur dont le prix moyen s’élève à 12 000 €. Mais attention aux offres alléchantes. « Surtout lorsqu’elles sont proposées au téléphone par une personne qui se présente au nom d’EDF », alerte l’artisan. Il invite les candidats aux travaux à faire le choix de la proximité. L’occasion aussi de comparer les prix.

Étude thermique

Premier sujet de préoccupation des propriétaires dans le cadre d’une rénovation, le confort doublé d’une économie d’énergie devrait à nouveau mobiliser les visiteurs du salon. Isolation, menuiseries extérieures… Le sujet concerne un tiers des 180 exposants réunis au parc des expositions.

Ces chantiers font pourtant rarement l’objet d’une étude thermique, obligatoire seulement dans le cadre de la construction neuve. « Il n’y a pas d’obligation d’aller au BBC rénovation. Mais cela peut permettre de prioriser les travaux et d’éviter des dépenses d’argent inutiles », conseille Laurent Ansquer, un Quimpérois spécialisé dans les calculs thermiques. Ses conseils sont habituellement facturés entre 1 500 et 2 000 €, en fonction de la surface concernée.

Piscine, salle de bains, cuisine…

Cet intérêt général pour les économies d’énergie disparaît quand le plaisir est plus fort que tout. Le côté « écolo » du spa, les visiteurs du salon le découvriront à travers un modèle en chêne massif fabriqué en presqu’île de Crozon. Pour le reste, le boom du marché du spa et de la piscine n’a rien de raisonnable, en Bretagne.

Le plaisir de l’eau est pourtant de plus en plus recherché. « Le spa explose, la piscine continue de se développer avec beaucoup de travail en rénovation », explique Patrick de Guerdavid, installateur à Plomelin. Il faut pourtant compter 8 000 à 17 000 € de budget pour un spa et un prix moyen de 50 000 € pour une piscine.

Pratique
Salon Habitat et jardin samedi et dimanche de 10 h à 19 h et lundi de 10 h à 18 h au parc des expositions de Penvillers. Entrée : 5 € et gratuit pour les moins de 16 ans accompagnés d’un adulte. Restauration sur place.

Ils parlent de nous :