Isolation : vous aurez finalement droit à un crédit d’impôt si vous changez de fenêtres

le 19 décembre 2018

Un mois après que Matignon s’est opposé à la réintégration du changement de fenêtres dans le CITE, le ministre de la Transition énergétique annonce que ce sera finalement bel et bien le cas.

Isolation : vous aurez finalement droit à un crédit d’impôt si vous changez de fenêtres

Crédits photo : hanohiki/Shutterstock

Voilà une question à laquelle le gouvernement ne semble pas savoir quoi répondre: si l’on change ses fenêtres, aura-t-on droit à un crédit d’impôt? Un jour, on apprend que le ministre de la Transition énergétique François de Rugy y est favorable. Un autre, Matignon dément. Et un mois plus tard, ce même ministre annonce que le gouvernement a changé d’avis.

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) sera bel et bien réélargi aux fenêtres qui étaient exclues de ce périmètre depuis la mi-2018 et que le gouvernement n’avait, jusque-là, pas prévu de réintégrer dans le CITE en 2019. «C’est un exemple concret d’aide aux Français qui font des travaux pour améliorer l’efficacité énergétique (de leurs logements) et donc baisser leur facture de chauffage», explique Nicolas de Rugy, ministre de la Transition énergétique sur Europe 1. Et pourtant, la semaine dernière, lorsque le Sénat avait voté en faveur de la réintégration du remplacement des fenêtres dans le CITE, le gouvernement avait émis un avis…défavorable.

Le crédit d’impôt sera plafonné à 100 euros par fenêtre et concernera les travaux consistant à passer d’un simple à un double vitrage. Selon une étude des professionnels des fenêtres soumise mi-octobre aux pouvoirs publics, le remplacement d’une fenêtre simple vitrage permet une économie d’énergie comparable à l’isolation d’un mur, à surface égale. Ils estiment que le coût d’une telle mesure serait «inférieur à 100 millions d’euros», selon les professionnels des fenêtres. «C’est difficile de savoir combien exactement cela coûtera car cela dépendra du nombre de personnes demandant à bénéficier de ce système», répond François de Rugy.

L’annonce de François de Rugy satisfait la Capeb qui représente les petits artisans du bâtiment.

Même son de cloche du côté de la Fédération française du bâtiment qui n’a eu de cesse, ces derniers mois, de mettre la pression sur le gouvernement pour les inciter à faire machine arrière. «Cette mesure permettra de soutenir la rénovation énergétique du logement alors que cette action correspond au point d’entrée le plus utilisé dans un cheminement vers une véritable performance énergétique dans les logements existants», a réagi Jacques Chanut, président de la Fédération française du bâtiment.

Ces travaux seraient pourtant loin d’être efficaces, si l’on en croit une étude de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). À peine 16% des remplacements de fenêtres sont jugés efficaces. Surtout, ces ouvrants ne représentent que 10% à 15% des déperditions de chaleur (contre 25% à 30% pour les toits par exemple), selon l’agence. Pour améliorer la performance énergétique de son logement, l’Ademe recommande d’entreprendre des travaux sur plusieurs postes. Les «bouquets de travaux» les plus réalisés sont «fenêtres + chauffage» et «toiture/combles + fenêtres». Selon l’Ademe, 68% des ménages dont les travaux de rénovation permettent un saut d’au moins deux classes énergétiques ont réalisé des bouquets de travaux qui concernent au moins trois postes.

Source : Le Figaro

Ils parlent de nous :