Des taux de crédits historiquement bas, des transactions qui pourraient dépasser le million en fin d’année dans l’ancien… le marché immobilier ne s’est jamais aussi bien porté. Mais faut-il forcément se réjouir d’une telle vitalité ? Pas franchement, alerte Henry Buzy-Cazaux, au micro du Grand rendez-vous de l’immobilier. D’après notre expert, le boom des ventes actuelles entretient mécaniquement la tension sur les prix dans les grandes agglomérations et les villes moyennes. Une tension telle qu’elle finit par désolvalibiliser bon nombre de jeunes ménages – primo-accédants entre autres – qui se retrouvent dans l’impossibilité d’acheter… et de facto exclus des centre-villes.

Dans ce contexte, le président de l’Institut du Management des Services immobiliers appelle à redoubler d’efforts pour faciliter la construction de programmes neufs en zone tendue. Et ainsi tordre le cou à la pénurie de logements qui tire les prix vers le haut. Selon lui, il y a aussi urgence à repenser l’aménagement du territoire afin de trouver, grâce à la métropolisation, des alternatives de vie ailleurs que dans les centre-villes.

Source : Capital