La France compte un million de dégâts des eaux par an : quels réflexes adopter ?

le 3 décembre 2018

Au sein d’une habitation, un dégât des eaux n’est pas rare. Il n’est pas toujours simple de savoir comment réagir dans ces cas-là, ou quels comportements adopter. Afin d’être bien préparé, connaître les détails de son contrat d’assurance et les différences réflexes à avoir dans de telles situations peut faire toute la différence.

La France compte un million de dégâts des eaux par an : quels réflexes adopter ?

  • Les informations à connaître en cas de dégâts des eaux, l’essentiel :
  • Déclaration de sinistre auprès de l’assureur : 5 jours ouvrés à partir de la prise de connaissance de la fuite,
  • Constat amiable « dégâts des eaux » : 5 jours ouvrés à partir de la découverte du sinistre par tous les partis concernés,
  • Moyen de déclaration : par téléphone, en agence, par courrier ou en ligne en fonction des assureurs,
  • Expertise : réunissez tous les documents à votre disposition appuyant le chiffrage des pertes et faites une liste des dommages sur vos biens ou subits par l’habitation.

Assurance et dégât des eaux : l’essentiel

En cas de dégâts des eaux, il faut regarder du côté de l’assurance multirisque habitation. Pour les locataires, l’assurance contre les dégâts des eaux est obligatoire. Comme toute couverture, celle-ci dépend d’un certain nombre de conditions, lesquelles peuvent varier en fonction de votre compagnie d’assurance et de l’offre à laquelle vous avez souscrit. En principe, les sinistres liés aux fuites sont pris en charge, ainsi que les débordements et les ruptures de canalisation. Il faudra donc, étape après étape, appréhender la situation de manière optimale.

1. Assurances : origine du dégât des eaux

Dans un premier temps, il est indispensable de connaître la source du problème. Une fuite peut provenir de chez le voisin, des parties communes si la personne habite dans un immeuble ou même de chez vous. Qu’un tiers soit en cause ou non, n’oubliez pas : il est obligatoire de remplir un constat.

Si le dégât des eaux vient de chez le voisin, il vous faudra le prévenir de la situation. Après établissement des faits, votre voisin et vous-même devez remplir un constat amiable « dégâts des eaux » à faire parvenir à vos assureurs dans les 5 jours qui suivent la découverte du sinistre. Vous pouvez vous procurer ce document directement auprès de votre assurance ou en ligne sur son site Web.

Si votre voisin ne veut pas être arrangeant, c’est alors à vous de prévenir votre assureur en l’informant rapidement pour que la procédure nécessaire soit mise en place.

Si le dégât des eaux vient de chez vous, le premier réflexe à adopter est simple : fermez l’alimentation d’eau. Ensuite, si vous êtes locataire de votre logement, prévenez votre propriétaire ou l’agence immobilière en charge de la gérance de votre domicile. Quel que soit votre statut, contactez directement un plombier afin qu’il puisse prendre connaissance de la situation. Dès que vous constatez le sinistre, vous avez maximum 5 jours pour faire votre déclaration auprès de l’assurance. Ne traînez pas au risque de ne pouvoir percevoir vos indemnités.

Si l’une des conséquences de votre propre sinistre est un dégât des eaux chez un voisin, il faudra voir avec lui afin d’établir un constat amiable « dégâts des eaux ». Votre voisin et vous-même disposez là encore de 5 jours pour le faire parvenir à vos assurances respectives.

Enfin, s’il est impossible de déterminer l’origine du sinistre ou que celui-ci prend sa source dans les parties communes de l’immeuble, il faudra faire votre déclaration sous 5 jours à votre assureur et directement informer le syndicat de la copropriété du dégât des eaux.

Inondations : n’oubliez pas de couper l’électricitéSi le dégât des eaux est une inondation, peu importe l’origine du sinistre, il est indispensable de couper l’électricité. Il s’agit là d’une évidence, mais les dangers liés à la présence de l’eau stagnante et son possible contact avec l’électricité peuvent avoir des conséquences désastreuses.

2. Assurances et dégâts des eaux : l’expertise

L’étape suivante est simple et prise en charge par votre assurance. Quand celle-ci est informée de la situation, elle envoie un expert afin que celui-ci puisse rédiger un constat. Il vous sera alors demandé de donner toutes les informations nécessaires afin que celui-ci soit le plus détaillé possible. Vous pouvez donc prendre le soin en amont de constituer le dossier à remettre à l’expert, qu’il s’agisse de photographies ou de papiers administratifs.

Même si cela peut paraître naturel, en cas de dégâts des eaux, ne faites pas de ménage ou de rangement, et surtout ne jetez rien. Il faut que le sinistre puisse être constaté dans son entièreté pour que vous soyez indemnisé correctement. L’expert doit pouvoir prendre connaissance de la situation originelle et de son étendue.

Dégâts des eaux: jusqu’à 1 million de sinistres par anEn France, on décompte entre 500 000 et 1 million dégâts des eaux chaque année. Des chiffres qui peuvent sembler impressionnants, mais qui traduisent une réalité : il ne s’agit pas d’une situation inhabituelle et il est important d’y être préparé.

3. Assurances et dégâts des eaux : l’indemnisation

Une fois le sinistre constaté, généralement dans un délai d’un mois, votre assureur vous fera parvenir le montant d’indemnisation auquel vous avez droit. Vous pouvez aussi lui demander une copie du rapport d’expertise afin de connaître les détails du processus. Les assureurs ne sont pas tenus de vous l’envoyer d’office. L’indemnisation moyenne en cas de dégâts des eaux est autour des 1 500 €.

Si vous n’êtes pas d’accord avec la somme proposé, vous pouvez la contester en faire un courrier en lettre recommandée avec accusé de réception. Dans le cas où aucun compromis n’est trouvé suite à votre contestation, des recours sont possibles.

À noter que si vous vivez dans un immeuble en copropriété, en cas de dégâts des eaux et d’une indemnisation, la convention Irsi s’applique. Depuis l’été 2018, celle-ci remplace la convention CIDRE.

Dégâts des eaux : la visite de l’expert est-elle incontournable ?La compagnie d’assurance n’envoie principalement un expert qu’en cas de dégâts des eaux particulièrement importants. Autrement dit, chacun des assureurs estime qu’à partir d’un certain montant d’indemnisation – pour des dommages supérieurs à 1 600 € généralement –, la visite de l’expert et le rapport d’expertise sont indispensables.

Source : Selectra

Ils parlent de nous :

Appelez-nous