La fronde des locataires de l’immeuble Les iris

le 21 mai 2019

Un rappel de charges du bailleur de l’immeuble Les iris, la Semcoda, a déclenché la colère des locataires. Au cours de la réunion organisée, mardi 14 mai, le bailleur a tenté de rassurer les habitants.

La fronde des locataires de l’immeuble Les iris

Françoise Bingert, Brigitte Picard et Valérie Chéri ont noté les travaux demandés. Photo Progrès /Danielle GINON

Les seize locataires du bâtiment Les iris, propriété de la commune et géré par la Société d’économie mixte de construction du département de l’Ain (Semcoda), ulcérés par le rappel de charges récemment reçu, ont sollicité une rencontre auprès du bailleur social, afin d’obtenir des explications.

Griefs et dysfonctionnements

Mardi 14 mai, Françoise Bingert, responsable de gestion locative, Brigitte Picart responsable du pôle copropriété et Valérie Chéri, de la gestion de copropriété, ont répondu aux locataires, dont Maryse Brazier et Philippe Prevel, se sont fait les porte-parole, en présence du maire Pierre Larrieu et de Michel Macon, son adjoint.

L’assistance a d’abord présenté ses griefs, dont le mauvais état des volets, les dysfonctionnements de l’interphone, le stockage des poubelles, l’éclairage, les difficultés à joindre un interlocuteur de la Semcoda, et la longue attente avant une intervention. Les représentantes de la Semcoda ont noté les travaux à réaliser, tandis que le maire, conscient des problèmes qui gênent la vie quotidienne, pointait la construction vieillissante, la lourdeur d’une grosse structure et soulignait les bonnes relations de la commune avec les bailleurs sociaux.

La Semcoda justifie la hausse des charges

La raison de cette rencontre a ensuite été abordée. Pourquoi un rappel de charges avoisinant 200 euros ? « En 2016 et 2017, les dépenses ont augmenté et dans le même temps, nos prédécesseurs ont baissé le montant des provisions », ont expliqué les intervenantes de la Semcoda, avant de justifier la hausse des charges par « des travaux ponctuels d’entretien hors contrat, la taille des arbres et des déplacements pour des petites réparations ».

Les factures des travaux réalisés aux Iris ont été envoyées aux locataires. Pour rassurer ces derniers, menacés de contentieux, un échelonnement de la dette leur sera accordé.

Source : Le Progrès

Ils parlent de nous :

Appelez-nous