L’Agence nationale de l’habitat sur la bonne voie pour atteindre ses objectifs

le 21 juin 2018

Dans le cadre du programme « Habiter Mieux », qui vise à rénover 75 000 logements occupés par des propriétaires modestes, la présidente de l’Agence nationale de l’habitat se dit « prudente » mais « sur la bonne voie » pour atteindre ces objectifs en 2018.

L’Agence nationale de l’habitat sur la bonne voie pour atteindre ses objectifs

© Anah

L’Agence nationale de l’habitat a de lourds objectifs : financer la rénovation de 75 000 logements appartenant à des propriétaires modestes dans le cadre du programme « Habiter Mieux ». Des objectifs d’autant plus ambitieux, qu’en 2017 elle n’avait aidé « que » 52 266 familles. La Charte « Team Pro », lancée le 19 juin au ministère de la Cohésion des Territoires, devrait l’aider à atteindre ces objectifs. Tout comme le travail de simplification qu’elle a mené l’an passé.

« Via notre démarche de simplification et de dématérialisation des dossiers, nous avons gagné 40% de temps d’instruction des dossiers », assure Nathalie Appéré, présidente de l’Anah.

En outre, en proposant une gamme de financements plus complexe, l’Anah s’est adaptée aux contraintes financières des ménages. « Avec l’aide Habiter Mieux Agilité (dédiée uniquement aux rénovations de maisons individuelles, NDLR), nous permettons aux propriétaires de réaliser les travaux en plusieurs étapes, poursuit Nathalie Appéré. C’était essentiel, notamment pour faire face au reste à charge. » Cette gamme d’aide complète les dispositifs déjà existants, comme l’aide « Habiter Mieux Sérénité ».

« Habiter Mieux » a eu besoin « de maturité »

Même si elle se montre prudente, Nathalie Appéré se dit tout de même confiante pour 2018. « Nous avons traité 26% de dossiers supplémentaires depuis le début de l’année par rapport à 2017, soit 15 000 unités environ, et 46% de dossiers supplémentaires ont été déposés. »

Pour Valérie Mancret-Taylor, directrice générale de l’Anah, ces résultats s’expliquent par « la dématérialisation et le fait que ce programme ait besoin de maturité pour qu’à l’échelle individuelle, le message passe. La signature de la charte est une caisse de résonance qui permet à chacun de prendre conscience que nous disposons d’un réseau territorial. Je fais preuve d’une extrême prudence sur l’atteinte de nos objectifs, mais il y a une dynamique réelle. »

Source : Le Moniteur

Ils parlent de nous :

Appelez-nous