Le nouveau réseau de géothermie de Grigny-Viry inauguré

le 7 juin 2018

Le Syndicat intercommunal de la périphérie de Paris pour les énergies et les réseaux de communication (SIPPEREC) et les villes de Grigny et de Viry-Châtillon (Essonne) ont inauguré le nouveau réseau de géothermie de Grigny-Viry. Cet équipement permet de chauffer et d’alimenter en eau chaude près de 10 000 logements ainsi que des équipements publics et entreprises.

    merce     Logistique     Logement     Hôtels / Loisirs     Santé     Carrières     Territoires     Green     Juridique     Finance     Bourse  AGEFI - ASSISES PIERRE PAPIER Le nouveau réseau de géothermie de Grigny-Viry inauguré

Le nouveau réseau de géothermie de Grigny-Viry © D.R.

La mise en service a été réalisée à l’hiver 2017. Le réseau fournit d’ores et déjà 124 GWh de chaleur livrée par an soit 12 000 équivalents logements. « Le projet de Grigny-Viry offre des perspectives de développement prometteuses y compris sur plusieurs villes voisines du département de l’Essonne qui comptent encore près de 30 000 logements raccordables à un réseau de chaleur », estime Jacques JP. Martin, le président du SIPPEREC.

« L’équipement, qui se trouve sur l’un des dix sites d’Ile de France identifié comme prioritaires dans le cadre du Grenelle de l’environnement, répond aux engagements pour 2020 des 3 X 20 % du paquet énergie climat adopté par les pays européens : réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre, améliorer de 20 % l’efficacité énergétique et augmenter de 20 % la part des énergies renouvelables », assure le communiqué de presse.

Le réseau de chauffage géothermique de Grigny-Viry doit permettre de réduire la précarité énergétique des habitants de ce territoire, notamment ceux de la copropriété dégradée de 5 000 logements de Grigny 2 et de l’ensemble de la Grande Borne. Il devrait générer 800 000 € d’économies par an de chauffage et d’eau chaude. « Ces économies aideront la copropriété Grigny 2, deuxième plus grande copropriété de France, à résorber sa dette de plusieurs millions d’euros, dette principalement imputable au coût de l’énergie », assure le SIPPEREC.

Et d’ajouter : « Par ailleurs, à long terme, la géothermie garantit un coût de l’énergie durable. Alors que le prix du gaz naturel est fluctuant (+6,8 % en janvier 2018), l’eau chaude des sous-sols est gratuite. L’énergie géothermique a certes un coût mais celui-ci reste maîtrisé puisqu’il couvre essentiellement les dépenses d’investissement, d’amortissement et d’exploitation du réseau. 75 % du prix final reste constant et inchangé au fil des ans. Autre point positif, la géothermie bénéficie, comme toutes les énergies renouvelables (bois, gaz, biomasse…), d’un taux réduit de TVA à 5, 5 %, ce qui permet une diminution immédiate des charges de chauffage. A Grigny, cette réduction est estimée entre 15 et 20 % pour les 36 bâtiments communaux ».

Le réseau de géothermie de Grigny-Viry est le résultat d’un investissement de 29,1 M€. Le projet a reçu un soutien financier de l’Etat par l’intermédiaire du Fonds de soutien à l’investissement local qui a apporté 2,6 M€, des subventions de la Région Île-de-France et l’Ademe pour un montant de 8,9 M€, et des emprunts auprès de partenaires publics et privés : Caisse des Dépôts et Consignations, Crédit coopératif, Banque postale et Crédit mutuel Arkea.

Source : Business Immo

Ils parlent de nous :

Appelez-nous