Les astuces d’un professionnel de l’immobilier pour changer de syndic de copropriété

le 4 mars 2019

Quand s’y prendre, comment faire, quelles sont les règles… Voici plusieurs astuces et conseils pour changer de syndic de copropriété sans encombre.

Les astuces d’un professionnel de l’immobilier pour changer de syndic de copropriété

Pour changer de syndic, les propriétaires doivent « y réfléchir environ six mois avant l’assemblée générale annuelle des copropriétaires ». REA/Michel Gaillard

Seuls 39 % des propriétaires d’appartements interrogés par l’association de consommateur CLCV se disaient « satisfaits » de leur syndic de propriété en 2017. Mais pourquoi donc ne pas en changer ? Le gouvernement compte d’ailleurs même simplifier la tâche ! Rachid Laaraj a fait changer de syndics à plus de 45 000 copropriétaires. Directeur général de Syneval, un courtier en syndics basé à Paris, il livre quelques secrets pour réussir son changement de gestionnaire d’immeuble.

Quand faut-il s’y prendre ? « Le conseil syndical doit y réfléchir environ six mois avant l’assemblée générale annuelle des copropriétaires », indique Rachid Laaraj. Les membres doivent se mettre d’accord sur ce qu’ils attendent des candidats : nombre de visites par an, présence en assemblée générale… « Il faut prévenir votre ancien syndic au moins au moins six semaines avant l’AG par lettre recommandée. Cette lettre nommera votre futur syndic avec, en annexe, le projet de contrat », indique-t-il.

Comment choisir le bon candidat ? « Il faut le rencontrer. Car ce n’est pas parce qu’il présente un bon contrat type, qu’il sera forcément bon », souligne Rachid Laaraj. Se rendre dans son cabinet permet de voir s’il dispose des forces suffisantes et de l’expérience pour gérer votre immeuble.

Où organiser l’assemblée générale qui acte le changement ? « Nous conseillons fortement de louer une salle et de ne pas réaliser cette dernière assemblée générale chez le syndic que vous souhaitez quitter », note Rachid Laaraj. Mais pourquoi ? « Parce qu’il va vous faire valider les comptes de l’année écoulée et, ensuite, il passera au changement de syndic. Si c’est entériné, il vous dira : Je ne suis plus votre syndic, dehors ! Et vous, vous retrouverez à terminer votre AG dans la rue ou dans un bar. Cela arrive souvent », souligne Rachid Laaraj.

Source : Le Parisien

Ils parlent de nous :

Appelez-nous