Les charges de copropriété se sont stabilisées en 2016

le 16 juillet 2017
Logement : Les charges de copropriété se sont stabilisées en 2016

Crédits photo : Shutterstock

Selon l’Observatoire de la Fnaim Grand Paris, les charges de copropriété sont restées stables l’année dernière mettant ainsi fin à deux années de baisse consécutives.

Jusqu’à présent limitée à Paris intramuros, l’édition annuelle de l’Observatoire des charges de copropriété présentée par la Fnaim (Fédération nationale de l’immobilier) du Grand Paris intègre cette année les données des départements du Val-de-Marne et des Hauts de Seine. Ce sont donc plus de 220.000 lots qui ont ainsi été analysés, dont 104.000 rien qu’à Paris, représentant 675 syndics de copropriété.

L’étude révèle que le montant moyen des charges de copropriété s’est stabilisé en 2016 (baisse symbolique de 0,03%) mettant fin à deux années consécutives de baisse. Ce montant s’élève en moyenne à un peu plus de 2.000€ par lot et par an à Paris contre respectivement 1.711€/lot/an et 1.577€/lot/an pour les départements des Hauts de Seine et du Val de Marne.

Honoraires des syndics : enfin l’accalmie

En fonction des dépenses, les variations restent néanmoins très hétérogènes. Parmi les plus fortes baisses, on retrouve les charges liées au chauffage collectif (-4,6%) et à la consommation d’électricité (-1,3%), « confirmant l’engagement de travaux d’économie de chauffage et une courbe climatique ascendante ». A l’inverse, les dépenses consacrées aux assurances et aux salaires, qui pèsent à elles deux environ 25% du total des charges, progressent de, respectivement, 4,9% et 3,1%.

La nouveauté provient des honoraires de syndics. « Après l’augmentation des honoraires de syndics induite par la loi ALUR, nous assistons à une stabilisation » révèle Didier Camandona, président de la Fnaim du Grand Paris. En 2016, les honoraires de gestion des syndics n’ont ainsi progressé que de 1% après avoir grimpé de 18% entre 2013 et 2015 ! Cependant si l’on prend en compte les honoraires annexes (assemblées générales extraordinaires, états datés…), qui ont grimpé de 12,8% en un an, la hausse des honoraires globaux ressort à 3,55%. «  La loi Alur nous donne plus de travail notamment celui de fournir plusieurs documents avant le compromis de vente. Cela génère des surcharges et des facturations, justifie Didier Camandona, mais le séisme de la loi Alur est passé et cette hausse devrait se calmer l’année prochaine ».

+35% de hausse de dépenses de travaux

« Dans les immeubles parisiens, les copropriétaires se sont lancés dans la rénovation des immeubles » note l’étude. La part d’investissement consacrée aux travaux a fortement progressé puisque que les parisiens ont dépensé 1,76€ de travaux pour 1€ de charges alors que ce rapport n’était que de 1 pour 1 il y a deux ans. Au total les copropriétaires parisiens ont donc déboursé 3.565 euros en moyenne par lot pour leurs travaux en 2016, soit une hausse de 35% ! A noter par ailleurs que le recours aux financements aidés par certains propriétaires est devenu de plus en plus systématique.

Adrien Roure

Ils parlent de nous :