Pannes d’ascenseur à Marseille : des locataires handicapés se mettent en grève de la faim

le 14 mai 2019

Des locataires handicapés du Building Canebière dénoncent des pannes d’ascenseur à répétition.

Pannes d'ascenseur à Marseille : des locataires handicapés se mettent en grève de la faim

Nourredine Mezahem, amputé des deux jambes, se met en grève de la faim pour protester contre « une situation inacceptable ».S.T.

Ce soir du 19 mars, alors qu’il souhaitait simplement rejoindre son domicile, un T1 au premier étage du Building Canebière, immeuble de 10 étages situé aux 73-75 de l’artère marseillaise (1er), Nourredine Mezahem s’est retrouvé à la rue. Amputé des deux jambes depuis vingt ans, le locataire, qui ne se déplace qu’en fauteuil roulant, se retrouve une nouvelle fois bloqué, face à des ascenseurs en panne. « Une dame m’a accompagné déposer une main courante au commissariat, enrage-t-il, document à l’appui. La police est venue constater et m’a conduit à l’hôpital, où j’ai pu recevoir mon traitement car je suis sous morphine. C’est notre santé qui est en danger !«

Nourredine est à bout, car les pannes d’ascenseur s’avèrent bien trop fréquentes dans cet immeuble construit en 1952 sur les ruines des Nouvelles Galeries, pourtant labellisé Patrimoine du XXe siècle et entièrement ravalé en 2018. Le monte-charge est aussi condamné depuis plusieurs mois. Cette semaine, le locataire est resté bloqué plusieurs jours sans pouvoir sortir de chez lui. « Ma tension est montée à 19, je vis dans le stress. Je ne peux plus sortir de chez moi, je suis comme séquestré. Je vais finir par me jeter par la fenêtre« , menace-t-il en montrant la banderole réalisée avec des voisins pour protester contre cette situation inacceptable.

« L’état de mon mari se dégrade »

Sur le même pallier, la famille Bouderbala. Abdennour souffre d’une infirmité motrice cérébrale. « Nous sommes arrivés en octobre et il y a tout le temps des problèmes d’ascenseur, témoigne Meriem, sa femme, entourée de leurs deux enfants. Mon mari ne peut plus aller à sa rééducation, son état se dégrade, nous voulons un autre logement mais nos demandes n’ont pas abouti pour le moment.«

Nourredine, qui compte aller plus loin en faisant appel à un avocat de l’Association des paralysés de France, dénonce plus globalement l’insalubrité de l’immeuble et de certains appartements. « Je dois me faire opérer des cervicales car mon fauteuil s’est cassé alors qu’onm’a porté dans les escaliers« , ajoute-t-il, désespéré.

Le syndic de copropriété Immobilière Patrimoine & Finances reconnaît ce problème de pannes fréquentes. « Je comprends leur désarroi, d’autant qu’ils sont en situation de handicap« , avance Christian Gaurie, en charge de l’immeuble, qui se défend : « Ces pannes sont dues à l’incivilité de certains occupants de l’immeuble. Certains défoncent les portes palières des étages élevés en voulant faire entrer leur cyclo. Quant au monte-charge, il a été condamné à cause des dégâts causés par l’urine ! » S’il affirme agir et pouvoir justifier de ses actions, il reconnaît avoir « changé de société de maintenance parce que les anciens n’étaient pas assez rapides« . « J’ai demandé à la nouvelle société un devis de réparation totale de ces ascenseurs qui sera présenté à la prochaine réunion de copropriété.«

Hier matin, nous avons croisé un réparateur qui a remis en service un des ascenseurs. Mais dans l’après-midi même, les ambulanciers venus chercher Nourredine ont dû le porter dans son fauteuil roulant du 1er étage jusqu’à l’ambulance de transport car la panne était revenue. Une attestation en fait foi.

Jusqu’à quand cette situation pourra-t-elle être tenable ?

Source : La Provence

Ils parlent de nous :

Appelez-nous