Proposer des travaux en copropriété

le 7 mai 2019

Tous les immeubles nécessitent un entretien régulier. Actuellement, certaines rénovations sont même obligatoires pour des bâtiments spécifiques. Effectivement, la loi concernant la transition énergétique indique que toutes les copropriétés qui consomment plus de 330 kWh/m² doivent réaliser des travaux de rénovation énergétique d’ici 2025. Tous les logements mis en location doivent également répondre à des critères de performance énergétique minimale. La réalisation de travaux de rénovation dans une copropriété doit suivre certaines étapes. Voici les plus importantes.

Proposer des travaux en copropriété

Établir l’état des lieux

Avant d’entamer les travaux de rénovation dans une copropriété, il est important de vérifier l’état des lieux. Pour mener à bien cette opération, il faut réaliser un bilan initial de copropriété ou BIC au préalable. Cette démarche vise à identifier les points négatifs et positifs du bâtiment. Les copropriétés équipées d’un système de chauffage collectif doivent effectuer un bilan énergétique simplifié (BES) afin d’évaluer leurs performances énergétiques. Ce bilan permettra aux maîtres d’ouvrage de connaître la consommation énergétique annuelle d’un immeuble et ainsi estimer les économies d’énergie réalisables.

Il est également préférable de recueillir les avis de tous les habitants de la copropriété avant de commencer les travaux. Nous vous conseillons d’opter pour un questionnaire pour que les occupants puissent communiquer leurs attentes ainsi que leurs problèmes.

Les différents diagnostics à réaliser

De nombreux diagnostics permettent d’identifier tous les travaux importants dans une copropriété.

  • Le diagnostic de performance énergétique (DPE)

Ce diagnostic permet d’estimer la performance énergétique d’un bâtiment. Les informations serviront ensuite à classer l’immeuble en fonction de son étiquette énergétique et à déterminer le niveau des émissions de gaz à effet de serre. Le DPE doit être réalisé tant au niveau des parties communes que privatives. Il est actuellement remplacé par un audit énergétique pour les bâtiments de plus de 50 lots qui ont été construits avant le 1er juin 2001.

  • Le diagnostic technique global (DTG)

Le diagnostic technique global d’un bâtiment en copropriété permet de connaître l’état général de l’immeuble. Le DTG complète le DPE, car il facilite l’identification des travaux à réaliser pour que la résidence soit en bon état pour les 10 prochaines années. Notons que le DTG est obligatoire pour les complexes immobiliers qui font l’objet d’une insalubrité.

Quelques précisions concernant les obligations de travaux

L’individualisation des frais de chauffage est une obligation pour les résidents des immeubles équipés d’un système de chauffage collectif. Cette mesure consiste à installer des compteurs individuels à l’entrée de chaque logement afin de faciliter le partage des charges en chauffage collectif tout en sensibilisant les habitants à mieux gérer leurs consommations énergétiques. Par contre, il existe des dérogations si la pose des dispositifs s’avère techniquement impossible ou si les travaux entrainent un coût excessif.

Depuis le mois de juillet 2017, les obligations d’isolation sont également requises dans les zones exposées aux bruits. Les isolations doivent être réalisées en cas de ravalement de façades, d’aménagement d’une pièce ou pendant la rénovation de la toiture.

Source : L’énergie tout compris

Ils parlent de nous :