Quelle relation des Habitants-consommateurs avec les travaux de rénovation ?

le 28 juin 2019

Le Club de l’Amélioration de l’Habitat et Qualitel ont mené une étude sur la dynamique des travaux de rénovation des logements vue par les propriétaires – occupants

Quelle relation des Habitants-consommateurs avec les travaux de rénovation ?

AKuptsova / Pixabay

Pour cela, ils ont conçu la première édition de « L’Observatoire Habitants-consommateurs de l’Habitat privé », un outil pour mieux connaître et anticiper le marché des travaux en France. Pour cela, ils se sont appuyés sur une analyse des experts du Club de l’Amélioration de l’Habitat et sur une enquête Ipsos. Le 20 juin, c’était la présentation des résultats de cette étude, QuelleEnergie.fr était présent et vous résume les grandes lignes de cette rencontre.

Qu’appelle-t-on « travaux » ?

Un constat à faire lorsqu’on parle de travaux auprès de particuliers et auprès de professionnels du bâtiment, est que l’on ne parle pas tout à fait de la même chose. Pour les professionnels, des travaux sont toujours un minimum conséquent, impliquent un changement notable dans le logement, nécessitent de la main d’œuvre professionnelle et certaines normes de qualité. Pour un particulier, les travaux commencent bien plus tôt, au moment où ils installent un escabeau quelque part pour changer de lampe, ils sont presque déjà en travaux. Le trait est forcé ici mais il s’avère que la majorité des « travaux » réalisés par des particuliers sont en fait des travaux légers, comme des changements d’aménagement ou de décoration, d’un budget de moins de 2000 €, qui ne sont pas toujours réalisés entièrement par des professionnels.

Les facteurs influençants

Pour se décider à se lancer dans des travaux, l’étude rapporte qu’il existe 3 facteurs déterminants et 5 facteurs influençant les particuliers :

  • Les 3 points déterminants pour motiver les travaux : la confiance en sa situation (le moral du foyer, la situation de consommation, la part des personnes pensant que c’est le moment d’acheter) / l’envie de faire (les demandes de crédit, la résonance dans la filière (offres multiples)) / les capacités pour les faire (les prix des produits, l’accès cognitif, le ressenti d’accès ou non aux travaux).
  • Les 5 influenceurs : les ressources économiques du foyer, le coût des énergies, les risques environnementaux, le ressenti environnemental, le flux des transactions dans l’habitat.

Les catégories de travaux réalisés – à réaliser

Les foyers mobilisent généralement leur temps et leur énergie autour de trois grands types de travaux : les travaux incontournables, lorsqu’on ne peut pas faire autrement que les réaliser (travaux courants, de proximité, absolument nécessaires), les travaux plaisir-coup de cœur, qui sont plus spécialisés, moins nécessaires mais plutôt dans une dynamique d’innovation ou d’embellissement ou les travaux projet de vie qui sont de plus grands projets, qui engagent plus de temps, d’énergie et qui sont généralement le fruit d’une réflexion plus poussée des foyers.

Les profils des meneurs de travaux

L’étude a identifié 4 familles comportementales face aux travaux :

  • Les passifs, qui vivent dans ce qui a été établi ou hérité, n’ont pas le désir de changer grand-chose sauf le minimum (sont exclusivement auto-financeurs).
  • Les mainteneurs qui veillent de manière proactive à l’état de leur logement pour en prendre soin (majoritairement auto-financeurs).
  • Les embellisseurs, qui veulent se faire plaisir, innover dans leur habitat (auto-financeurs et crédit à la consommation, sensibles aux offres commerciales et bonnes occasions).
  • Les constructeurs ou reconstructeurs qui s’attaquent à de grands projets (auto-financeurs et emprunt, usage des aides, crédit d’impôt…).

Quels freins à la réalisation de travaux ?

Les principaux freins à la réalisation de travaux sont le moral des foyers, qui est plutôt moyen, leurs craintes concernant le pouvoir d’achat (sentiment que celui-ci n’augmente plus, que les factures énergétiques augmentent), la peur de devoir modifier son mode de vie et de devoir en payer le prix.

Néanmoins, une fois les travaux réalisés, le taux de satisfaction des particuliers à l’égard des professionnels est très élevé : 96 % disent être prêt à refaire faire des travaux par des professionnels. Ils sont particulièrement sensibles à la qualité des travaux, mais aussi à la précision des devis et aux recommandations personnalisées des professionnels.

Source : Quelle Energie

Ils parlent de nous :