Alors que Nicolas Hulot s’apprête à lancer à l’automne un nouveau grand plan en faveur de la rénovation énergétique des logements, un autre programme d’aides publiques a jusqu’ici fait ses preuves. De fin 2011 à fin 2016, près de 191.000 logements ont été réhabilités grâce au programme “Habiter Mieux” piloté par l’Agence nationale de l’Habitat dont Capital a obtenu le bilan en avant-première. Soit un rythme d’environ 40.000 logements par an qui pourrait encore être dépassé cette année.

Destiné à soutenir les copropriétés dégradées, ainsi qu’à titre individuel les propriétaires ou copropriétaires sous plafonds de ressources, ce dispositif est, il est vrai, particulièrement généreux. Il subventionne les travaux de rénovation énergétique à hauteur de 25%, voire 50% des sommes engagées, dans la limite de 20.000 euros (HT) pour les travaux d’amélioration et de 50.000 euros (HT) pour les gros travaux. “Sur la période 2011 à 2016, cela représente environ 2 milliards d’euros d’aides publiques débloquées pour la rénovation énergétique”, explique Blanche Guillemot, directrice générale de l’Anah.

Pour les propriétaires individuels, le montant moyen des aides allouées équivaut à 10.000 euros, pour des travaux d’environ 18.000 euros. Dans les copropriétés dégradées, les subventions accordées ont grimpé jusqu’à 30.000 euros.

 

De tels niveaux d’aides incitent naturellement les propriétaires à optimiser les travaux initialement prévus. Dans 70% des cas, les propriétaires ont ainsi entrepris d’isoler leurs combles et/ou leur toiture en complément de leur projet de départ. De même, beaucoup ont fini par isoler leurs murs…

Pour les particuliers, les gains sont au rendez-vous. D’après les évaluations de la société d’études Geste pour l’Anah, le gain énergétique moyen est de 40% pour les propriétaires individuels, voire même de 60% pour les travaux entrepris sur les parties communes des copropriétés. Et encore, c’est sans compter la valorisation des immeubles et maisons réhabilités.

 

Face à ce bilan, il paraît donc probable que le programme “Habiter Mieux” – qui au passage a permis de maintenir ou de créer 17.000 emplois par an – soit reconduit, voire pourquoi pas encore élargi, dans le cadre du nouveau plan pour la rénovation des logements. Réponse d’ici la fin de l’année.

Source : Capital