Rénovation de copropriétés : quelles sont les aides financières existantes ?

le 18 mai 2019

Si les propriétaires de maisons peuvent envisager leur rénovation énergétique de manière individuelle, le contexte se révèle totalement différent du côté des copropriétés, au sein desquelles les travaux prennent rapidement une ampleur importante.

Rénovation de copropriétés : quelles sont les aides financières existantes ?

Pour autant, l’État reste conscient de la nécessité, sur notre territoire, de réhabiliter de nombreux immeubles considérés comme d’authentiques passoires thermiques, à cause notamment d’une isolation défaillante.

Quels sont les dispositifs accessibles aux habitants de ces ensembles pour financer l’isolation ou le changement d’un système de chauffage, par exemple ? Outre le plan de l’Anah, à échelle nationale, certaines mairies mettent en place des mesures spécifiques : renseignez-vous pour lancer votre projet !

Cap sur les rénovations de copropriétés à Paris

Dans le cadre de son nouveau Plan Climat, la ville de Paris va accorder jusqu’à 5 000 € d’aides pour les copropriétés nécessitant une rénovation. Très concrètement, selon l’Agence Parisienne du Climat, une rénovation énergétique globale génère 25 à 60 % d’économies énergétiques en fonction des cas, tout en revalorisant les biens immobiliers de l’immeuble et en limitant drastiquement son empreinte carbone.

Pour toutes ces raisons, la capitale ambitionne de rénover massivement ses immeubles. Les aides financières devraient accélérer la mise en place de nouveaux chantiers, sachant que l’on vise une réduction d’un tiers de la consommation énergétique à l’horizon 2030 et de 50 % pour 2050.

Tous les particuliers et professionnels envisageant une réhabilitation sur Paris sont invités à se rapprocher de l’Agence Parisienne du Climat. Cette institution travaille quotidiennement pour la transition énergétique du Paris de 2030, et peut accompagner individuellement les copropriétaires dans leurs démarches administratives pour organiser les travaux, mais aussi bénéficier des aides auxquelles ils ont droit.

De nombreuses aides à la rénovation également disponibles pour les copropriétaires

Les principaux dispositifs d’aide à la rénovation que l’on connaît aujourd’hui sont souvent compatibles avec des travaux en copropriété. Si vous vivez dans cette configuration, voici tous les leviers qui peuvent faciliter l’investissement et réduire le coût des rénovations.

Les programmes « Habiter mieux » de l’Anah

L’Anah (Agence Nationale de l’Habitat) inclut les copropriétés dans ses programmes « Habiter Mieux Sérénité » ou encore « Habiter Mieux Agilité ». En effet, elle peut financer jusqu’à 50 % des travaux pour les propriétaires occupants dont les revenus sont jugés modestes.

Le dispositif s’adresse aussi aux propriétaires bailleurs, ainsi qu’aux syndicats de copropriété qui rencontrent des difficultés financières. Plusieurs conditions doivent être remplies pour que les travaux soient éligibles : on doit notamment aboutir sur une amélioration significative de la qualité énergétique du bâtiment.

Un éco-prêt à taux zéro pour les copropriétés

Tout comme l’éco PTZ individuel, l’éco PTZ copropriétés finances les travaux aboutissant sur des économies d’énergie. On peut en demander un seul pour un même bâtiment au sein de la copropriété, il est attribué directement aux syndics sous certaines conditions (au moins ¾ des quotes-parts de copropriétés doivent concerner des lots utilisés en tant que résidence principale, par exemple).

Pour une action simple, l’éco PTZ copropriétés est de 10 000 € maximum. Il peut atteindre 30 000 € pour ceux qui envisagent minimum 3 travaux d’amélioration différents. Notez que si votre copropriété profite de l’éco PTZ, cela ne vous empêche pas d’en obtenir un « individuel » pour un autre chantier dans votre propre appartement

La TVA à taux réduit

Sur tous les travaux éligibles CITE, une TVA réduite de 5,5 % s’applique. Même si les syndics de copropriété ne peuvent pas prétendre au crédit d’impôt pour leur projet, ils ont droit à cette taxation avantageuse, qui concerne aussi bien les matériaux que la main d’œuvre.

Puisque de nombreux logements particulièrement énergivores sont aujourd’hui encore basés sur le régime de la copropriété, le gouvernement incite au maximum les syndics à lancer des travaux : les aides ne manquent pas, et les économies à la clé sont réelles (sans compter que la rénovation énergétique permet de vivre plus confortablement au quotidien, été comme hiver).

Source : Quelle Energie

Ils parlent de nous :