Rénovation de logements : l’OPAH démarre au galop

le 21 mai 2018

Six millions d’euros sont provisionnés pour rénover plus de 300 logements du Montmorillonnais. Depuis janvier, de nombreux dossiers ont déjà été déposés.

Rénovation de logements : l’OPAH démarre au galop

Oriane Bono et Laure Guilleminault, de la société Urbanis, en charge de constituer les dossiers pour les propriétaires. © Photo NR

La réunion d’information sur l’opération programmée d’amélioration de l’Habitat centre bourg 2017-2023 n’a pas attiré la foule, mercredi dernier à Lussac-les-Châteaux, mais le dispositif lancé en janvier rencontre déjà un beau succès auprès des propriétaires du Montmorillonnais : les subventions proposées pour les travaux (isolation, chauffage, toiture, électricité, sanitaires, accessibilité) peuvent en effet dépasser les 50 %.

« Ça démarre très fort, les gens en parlent beaucoup entre eux, constate Oriane Bono, de la société Urbanis, chargée par la communauté de communes Vienne et Gartempe de recevoir et traiter les dossiers. Nous avons déjà de très nombreux dossiers ouverts et nous avons beaucoup de nouveaux contacts à chaque permanence, même si tous ne seront pas éligibles ».
Des critères de ressources et géographiques Des critères de ressources s’appliquent ainsi qu’un zonage géographique limité aux bourgs et centres-villes de Montmorillon, Saint-Savin, La Trimouille, Lussac-les-Châteaux, Verrières, Usson-du-Poitou, L’Isle-Jourdain (avec Bourpeuil) et Availles-Limouzine (1).
L’enjeu du programme est de repeupler ces zones en réhabilitant les logements souvent vétustes (voire insalubres). Une enveloppe de 6 millions d’euros est prévue (dont 4,5 M€ de l’Etat, 780.000 du Département, 700.000 de la Communauté de communes et 111.000 des communes concernées), avec l’objectif de réhabiliter 227 résidences principales et 115 logements locatifs d’ici 2023.
Mercredi soir, Laure Guilleminault, de la société Urbanis, a présenté plusieurs dossiers en cours, illustrant concrètement les aides dont peuvent bénéficier les propriétaires. Des travaux de rénovation et d’adaptation à la perte de mobilité, d’un coût total de 45.000 € dans une maison de l’Isle-Jourdain bénéficient ainsi d’une subvention de 31.600 € (22.000 € de l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat, 5.100 € du Département et 4.500 € de la Communauté de communes). Autre cas de figure, celui d’un propriétaire bailleur qui rénove un appartement très dégradé, inoccupé depuis plusieurs années en centre-ville de Montmorillon : 76.000 € de travaux, 32.000 € d’aides, dont 4.000 du département et de la communauté de communes qui encouragent la remise sur le marché de logements désaffectés. En contrepartie, le propriétaire accepte de plafonner le loyer et de louer à des personnes aux revenus modestes.
« Très souvent, ces aides permettent de réaliser des travaux plus importants que ceux qui étaient prévus initialement et favorisent les projets de qualité, notamment sur le plan de l’isolation », souligne Laure Guilleminault.
La réunion publique de Lussac a permis à des propriétaires et professionnels du bâtiment d’obtenir des réponses sur des cas particuliers, comme l’évolution du revenu fiscal de référence après le dépôt du dossier (sans effet), la possibilité de cumuler plusieurs dispositifs d’aides, de répartir les travaux subventionnés sur plusieurs années ou d’obtenir une avance sur les subventions afin de payer les acomptes demandés par les artisans. La constitution des dossiers passe obligatoirement par les deux salariées d’Urbanis. « Chaque situation est particulière ».
(1) Un autre programme d’aide à la rénovation (PIG), quoique moins avantageux, est en cours sur le reste du territoire de Vienne et Gartempe. Des permanences sont assurées chaque semaine dans les huit communes concernées. Renseignements, tél. 07.61.07.29.34.

Ils parlent de nous :

Appelez-nous