Seine-et-Marne. « La spirale infernale » de l’immeuble du 15 rue de Gaillardon à Melun

le 6 mai 2019

Depuis plusieurs mois, le syndic de l’immeuble 15, rue de Gaillardon, à Melun, tire le signal d’alarme concernant la dégradation des conditions de vie et l’insécurité y régnant.

Seine-et-Marne. « La spirale infernale » de l’immeuble du 15 rue de Gaillardon à Melun

En mai dernier, un jeune homme avait été mortellement poignardé dans l’immeuble du 15 rue de Gaillardon. Le syndic lance un appel à l’aide pour trouver une issue (©La Rep 77/JVC/archives)

« Respectez votre bâtiment, respectez-vous ! » Le message qui a un temps été placardé dans le hall d’entrée de l’immeuble du 15, rue de Gaillardon, dans le centre-ville de Melun, annonce la couleur. Pourtant, la photo du projet de rénovation qui l’accompagnait tranche avec la réalité architecturale. Depuis plusieurs mois, le syndic tire le signal d’alarme pour une résidence qui ne cesse de se dégrader.

Un an après…

Logements insalubres, squats, trafics et consommation de stupéfiants, mais aussi un drame qui a cristallisé le ras-le-bol de riverains. Le 2 mai dernier, Abdallah, un jeune homme de 19 ans, avait été mortellement poignardé dans un appartement squatté de l’immeuble.

Depuis, plusieurs plaintes ont été déposées, notamment pour des squats, des dégradations ou encore un incendie… dans le même appartement où avait débuté la dispute mortelle. À chaque fois, des investigations de la police ont été menées. « On ne sait plus vers qui se tourner, assure-t-on au syndic. On lance un appel aux pouvoirs publics pour trouver une solution. »

Le syndic a contacté la mairie et la préfecture avec parfois des mises en demeure pour parvenir à sortir de cette « spirale infernale avant qu’un nouveau drame ne se reproduise. Cet immeuble est une verrue, la situation n’est plus vivable ». Du côté des habitants, le constat est identique. « On demande juste à pouvoir vivre normalement, souligne une habitante, mais ici, il faudrait un miracle. »

Parmi les griefs remontés, les nuisances sonores ou encore les dégradations. « Le problème vient du fait que la plupart des propriétaires n’habitent pas l’immeuble et ne connaissent pas toujours la situation, poursuit-elle. Mais ils sont biens les seuls… Car tout le monde est au courant ici. Ils ne savent pas quand les logements sont squattés. La seule solution serait de partir, mais pour aller où ? »

Une situation d’autant plus paradoxale que le syndic dispose de fonds conséquents pour cet immeuble de 62 logements détenus par 48 propriétaires différents. « Notre rôle c’est d’administrer les parties communes et la situation se dégrade », indique-t-on au syndic. L’immeuble est doté d’un dispositif de vidéosurveillance et un devis pour des rondes de maîtres-chiens a même été réalisé.

Expropriation ?

Contactée pour évoquer le sujet, la préfecture de Seine-et-Marne renvoie à l’agglomération Melun Val de Seine et à la Ville de Melun. Les collectivités indiquent que la situation concernant cet immeuble est analysée depuis plusieurs mois, en relation avec les services de la préfecture. Un dossier a d’ailleurs été déposé auprès de la DDT (Direction départementale des territoires).

« Le temps de la rénovation de cet immeuble est dépassé, reconnaît-on à l’agglomération. Ce sont des mesures plus fortes qui doivent être prises. » Une réflexion est, à ce titre, menée pour engager une procédure qui aboutirait, à terme, à une expropriation. Une manière de reprendre la situation en main ?

« C’est une opération très lourde qui vise à démolir cet immeuble », poursuit-on à Melun Val de Seine. Très lourde car, qui dit expropriation, dit indemnisation. Du côté des riverains, la démolition n’est pas forcément la solution. « Il faut impliquer davantage les propriétaires, avoir des gens qui vivent vraiment ici et qui se préoccupent de l’immeuble », estime une habitante.

Les échanges doivent se poursuivre entre la préfecture, la Ville de Melun et l’agglomération pour préciser les modalités du projet de démolition.

Source : Actu.fr

Ils parlent de nous :

Appelez-nous