Six chiffres pour comprendre combien vaut la France

le 25 décembre 2017

Après avoir ausculté les grandes villes françaises, la Fédération de l’immobilier et l’économiste Patrice de Moncan livrent une synthèse de ce que vaut notre patrimoine bâti. En voici 5 données significatives.

Six chiffres pour comprendre combien vaut la France

C’est le fruit d’une recherche entamée il y a près de 40 ans. La Fnaim (Fédération nationale de l’immobilier) et l’économiste Patrice de Moncan s’étaient lancé l’audacieux défi de chiffrer la valeur de plusieurs grandes villes de France. Après Paris, Bordeaux, Strasbourg, Marseille, Nantes, Nice et Lyon, cette exploration immobilière a été condensée en un seul ouvrage: «Que Vaut la France?» Le Figaro immobilier en a extrait 5 chiffres emblématiques.

1033 milliards d’euros. C’est la valeur cumulée des 7 grandes villes auscultées par cette étude. Un chiffre obtenu en analysant les villes sélectionnées à partir des transactions récemment réalisées dans tous les quartiers des communes.». L’auteur et les agents immobiliers Fnaim ont ainsi évalué la valeur des logements, des bureaux, entrepôts et des commerces de toutes les villes étudiées. Le montant global se répartit de la façon suivante: 809 milliards d’euros pour l’habitation, 166 milliards pour les bureaux et 57 milliards pour les commerces et boutiques. Dans ce total, Paris pèse 68,4% de la valeur globale devant Lyon et Marseille ex aequo (ou presque: 7,98 % pour la première et 7,95% pour la seconde).

87.836. C’est le nombre d’immeubles détenus par la municipalité de Paris, soit 8,96 % du total contre 8,9% à Lyon et seulement 2,7% à Marseille ou 2,8 % à Bordeaux. Cet impressionnant patrimoine comprend des logements de fonction, des commerces, des églises, lieux de spectacle, musées, écoles, logements sociaux etc. qui font partout des mairies les plus importants propriétaires de leur ville. Les seules propriétés de la Mairie de Paris en feraient la sixième ville de France selon cette étude! Quant à l’État, s’il reste le premier propriétaire de France, son poids a beaucoup fondu dans les grandes villes où il ne possède plus que 1,6% des bâtiments. L’Armée et la SNCF vendent progressivement une partie de leur patrimoine mais les hôpitaux restent à la tête d’importantes possessions. À Paris l’AP-HP possède ainsi 4500 logements en ville, 1800 en banlieue et des pépites étonnantes comme le théâtre Mogador tandis que les Hospices civils de Lyon regroupent 1800 logements en centre-ville.

6,85. C’est le nombre total de logements par bâtiment dans les villes étudiées (nombre total de logement divisé par le nombre de bâtiment). Ce «taux de verticalité» a beaucoup progressé au cours des 17 dernières années puisqu’il n’était que de 5,3 en 2017. Cependant bon nombre de grandes villes restent encore très basses comme Nantes ou Bordeaux où ce taux atteint respectivement 3 et 2,2. Seules Paris et Lyon sont construites beaucoup plus haut que la moyenne française avec des taux de verticalité de 15,5 et 9,7.

48%. C’est la part des immeubles détenus en copropriété. Inexistante dans les statistiques avant la Seconde guerre mondiale, la copropriété représente aujourd’hui la forme de propriété immobilière la plus courante, note l’étude qui parle d’un «dépeçage» réalisé par les promoteurs et les marchands de biens aidés involontairement par le fisc.»L’évolution de la copropriété depuis l’an 2000 comme depuis la fin de la Seconde guerre mondiale est le phénomène le plus marquant du patrimoine en France», note Patrice de Moncan.

1945. La majorité du patrimoine de 7 villes étudiées, soit 58,7%, date d’après la fin de la Seconde guerre mondiale et plus du tiers est postérieur aux années 1970. Paris fait figure d’exception avec 50% d’immeubles datant d’avant 1919, fruit de l’urbanisation d’Haussmann. Parmi les villes les plus «jeunes», Nantes détient la palme avec 55% de ses immeubles élevés après 1971 contre 48% à Strasbourg, 46% à Lyon et 40% à Nice.

+42%. La championne des villes bâtisseuses dans cette étude est sans conteste Nantes. Au cours des 17 dernières années, la cité a accru son parc immobilier (résidences principales, résidences secondaires et logements gratuits) de 42%. C’est bien que la moyenne des villes étudiées qui se contentent de 15% de hausse. En queue de peloton, Nice n’a progressé que de 7% sur la même période.

Source : Le Figaro

Ils parlent de nous :

Appelez-nous