Travaux de ravalement avec isolation thermique par l’extérieur (ITE)

le 13 juin 2017
Travaux de ravalement avec isolation thermique par l’extérieur (ITE): Un exemple réussi d’accompagnement par le groupe EDF

Crédit photo : Copropriété « Jules Ferry » (95)

La copropriété « Jules Ferry » située en région parisienne (95) est un bel exemple de rénovation réussie. La décision de se lancer dans des travaux de ravalement avec isolation thermique a permis la réalisation d’une économie de 32% de la consommation d’énergie. Ce projet n’aurait jamais abouti sans l’accompagnement d’EDF sur la partie financement du projet.

Etat des lieux avant les travaux : Un bâtiment « passoire énergétique »

La copropriété de 80 lots fut construite dans les années 60. Bâtie sur un terrain comprenant de grands espaces verts, la copropriété est composée de 5 bâtiments R+3 avec 16 logements par bâtiment.

Le dernier ravalement datant de 1979, la copropriété souffrait d’une dégradation du bâti, une peinture vétuste mais plus encore des infiltrations d’eau par la façade. « Les désordres étaient très importants sur les éléments en béton : fissurations, poussées des fers à béton ainsi que des décollements et éclats des peintures. Ce type d’architecture des années 60 est le symbole même des passoires énergétiques ne tenant absolument pas compte de la thermique », indique l’architecte Vincent Lamarche du cabinet Mervane Architectes.

Audit thermique : Une économie de 32% sur les consommations totales

Un audit thermique réalisé en 2014 avait préconisé plusieurs solutions. Après analyse, mise au point avec le cabinet Mervane architectes, le bureau d’étude thermique et le conseil syndical, un cahier des charges a été fait par l’architecte afin de consulter des entreprises. Le vote en assemblée générale en juin de la même année a validé le ravalement de l’immeuble incluant une isolation thermique par l’extérieur (ITE) et le remplacement des menuiseries des cages d’escaliers.

Cette solution apporte aujourd’hui un bénéfice considérable en permettant de faire une économie de 32% sur les consommations totales d’énergie. Le retour d’investissement brut est de 11 ans. Les bâtiments sont passés d’une classe d’énergie F à une classe D.

Déroulement des travaux : Etalement sur 9 mois en plusieurs étapes

Les travaux ont pu démarrer en mars 2015 et se sont étalés sur environ 9 mois sans discontinuité. « Tous les immeubles n’ont pas été traités en même temps pour éviter que la résidence ne ressemble à un vaste chantier. Car stocker 4800 m2 d’isolant prend de la place même si l’approvisionnement se fait en plusieurs fois », souligne Vincent Lamarche.

Plusieurs phases de travaux se sont succédées. Les copropriétaires ont assisté à une première étape consistant au lavage des façades, à la reprise des maçonneries puis à la préparation des surfaces pour la pose de plaques de polystyrène de 15 cm d’épaisseur. Les étapes suivantes ont consisté à entoiler avec des plaques d’isolants et à finir avec un enduit taloché.

« Le chantier a été long et fastidieux mais nous sommes très satisfaits du résultat ! Nous avons gagné en confort grâce à une réelle isolation thermique et notre immeuble en est d’autant plus valorisé. Le conseil syndical a joué un rôle important. Nous étions très présents et vigilants pendant toute la durée des travaux. Nous n’avons pas hésité à interpeller les divers intervenants et en cela notre syndic de copropriété a parfaitement surveillé le bon déroulement des travaux », précise Christophe Bard, président du conseil syndical.

Aide à l’investissement et financement du projet par le groupe EDF

« Notre immeuble était vraiment dégradé et la peinture des façades écaillées. Après plus de 30 ans, il était devenu nécessaire de se préoccuper de son ravalement. Nous disposons de chauffage individuel ; aussi, le confort et la consommation intéressent l’ensemble des copropriétaires. La réalisation de l’audit thermique en 2014 nous a incité à voter les travaux en assemblée générale mais nous avions besoin d’être aidé pour le financement du projet », souligne Christophe Bard, président du conseil syndical.

Bien que voté à la majorité des copropriétaires, le projet de ravalement a rencontré quelques réticences. En effet, le montant global des travaux s’élevait à 813.000 euros TTC et les travaux risquaient de durer un petit moment.

Aussi, comme l’indique Nathalie Leblanc, chargée de Relation Partenaires chez EDF Entreprises, « A la demande du cabinet Mervane Architectes, nous avons présenté l’aide financière à laquelle pouvait prétendre la copropriété au titre des certificats d’économie d’énergie (CEE) sur la partie isolation thermique par l’extérieur (ITE). Cette aide s’est élevée à 45.000 €HT et a été versée à la réception des travaux ».

Certains copropriétaires ont fait aussi appel au soutien de l’Anah et la plupart ont pu bénéficier d’un prêt à Taux Zéro individuel ainsi que d’autres aides à la rénovation. « Les aides financières des différents organismes étaient très avantageuses dans le cadre de travaux d’isolation par l’extérieur. Pour certains copropriétaires, le coût du ravalement avec ITE est revenu moins cher qu’un ravalement simple », souligne l’architecte.

En parallèle, Domofinance a proposé un prêt collectif sur 10 ans pour un montant de 158.436 euros. Une vingtaine de copropriétaires ont ainsi pu y souscrire.

« On peut dire que le conseil syndical et le syndic « Gestion Immobilière Dubourg (GID), ont été moteurs tout au long du projet. Le maître d’ouvrage, l’architecte et l’entreprise Socateb ont œuvré dans le même sens, ce qui est essentiel pour ce type de travaux. Notre présentation de l’aide CEE et du prêt collectif chez le syndic en présence du conseil syndical a permis d’obtenir le vote nécessaire à la réalisation des travaux. Nous sommes heureux d’avoir contribué au souhait des copropriétaires de faire évoluer leur patrimoine bâti et d’améliorer les performances énergétiques de leur résidence », conclut Nathalie Leblanc.

Source : www.edf.fr

Ils parlent de nous :

Appelez-nous