«Une enveloppe de 24 millions d’euros sera consacrée à la copropriété de Grigny 2»

le 8 novembre 2018

En charge de la Ville et du Logement auprès de la ministre de la Cohésion des territoires, Julien Denormandie était en visite, ce mardi, à Grigny 2.

«Une enveloppe de 24 millions d’euros sera consacrée à la copropriété de Grigny 2»

Grigny, ce mardi 6 novembre 2018. Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement, a présenté le plan « Initiative Copropriétés ». Un plan de 3 Mds€ dont 24 millions sont attribués à Grigny 2. LP/Florian Garcia

« On en a marre de vivre dans ces conditions. Il n’y a pas d’ascenseurs et on continue de payer des charges insurmontables. » Depuis sa fenêtre, un habitant de Grigny 2 profite de la présence du ministre Julien Denormandie pour crier son désarroi. Mais les choses pourraient vite changer : en charge de la Ville et du Logement auprès de la ministre de la Cohésion des territoires, ce proche du président a rappelé les enjeux du plan « Initiative copropriété » lancé en octobre dernier. Le gouvernement a débloqué trois milliards d’euros pour les travaux d’urgence de quatorze sites prioritaires partout en France. Parmi eux, la copropriété géante de Grigny 2 qui bénéficiera de 24 M€.

« Nous allons agir avec détermination, martèle le ministre. C’est la première fois qu’un gouvernement met en place un tel plan. » A Grigny 2, les problèmes sont identifiés depuis longtemps. « Ces travaux d’urgence concernent les ascenseurs, les toits terrasses, les garde-corps de certains balcons, mais aussi l’électricité et la sécurité incendie, détaille le maire, Philippe Rio (PCF). Les travaux vont commencer dès l’année prochaine. » La question des marchands de sommeil sera également au cœur du dispositif. « Nous allons leur mener une guerre sans relâche, poursuit Julien Denormandie. Ils seront considérés comme des trafiquants de drogue avec des procédures de justice accélérées. »

« C’est une très bonne chose qu’il se soit déplacé jusqu’à nous »

Après une réunion de travail aux côtés du préfet et des élus locaux, le ministre a rencontré, en privé, quelques habitants et responsables associatifs. « C’est une très bonne chose qu’il se soit déplacé jusqu’à nous, se réjouit une participante. Il doit bouger et ne pas rester dans son bureau. » A ses côtés, sa voisine approuve également la démarche.

« J’ai voulu signaler trois choses, note-t-elle en sortant de cet échange privilégié. Certains copropriétaires cumulent d’importants impayés. Dans l’une des tranches, deux foyers affichent 85 000 € de charges non réglées. » Autres points de désagrément qu’elle a tenu à souligner, « les caméras de vidéosurveillance à proximité de la gare ne seraient pas bien exploitées » et « les propriétaires de parkings continuent de payer des charges alors qu’ils sont condamnés depuis plusieurs années ».

Un courrier des habitants envoyés à Emmanuel Macron

Cette longue liste de dysfonctionnements s’est retrouvée, au début de l’été sur le bureau d’Emmanuel Macron. Dans leur courrier, des habitants citent « les ascenseurs en panne, l’absence de gardien et de nettoyage dans les parties communes mais aussi la présence d’ordures dans les espaces verts qui attire les cafards et les rats ».

« La réussite passera par une plus grande implication des habitants dans la rénovation de leur quartier, assure Jean Youdom, riverain du square Surcouf. Tant que nous serons tous mobilisés, les choses iront dans le bon sens. »

Source : Le Parisien

Ils parlent de nous :

Appelez-nous