Les anti-Linky tapent du poing sur la table. Dans la Drôme, département du sud-est de la France, quelque 365 habitants ont décidé de prendre part à une action qui réunit au total plus de 5.000 personnes en France, toutes en guerre contre le nouveau compteur « intelligent » en déploiement sur tout le territoire. Elles demandent une meilleure information et la possibilité de refuser la pose de ce compteur. Au total, 22 juridictions ont été saisies. La première vraie audience sur le fond de la requête s’est tenue à Valence, mercredi, rapporte France Bleu.

Elle a rassemblé un si grand nombre de personnes que le tribunal a été contraint de limiter l’accès à 80 individus pour des raisons de sécurité. Les 365 plaignants regrettent les pratiques commerciales trompeuses d’Enedis liées à l’installation des compteurs Linky sur le territoire français. Selon un des avocats des requérants, ces derniers sont « des personnes inquiètes parce qu’elles ont face à elles un géant de l’énergie qui a décidé d’investir un nouveau marché, celui des data » et qui craignent l’utilisation commerciale qui pourrait être faite des données personnelles collectées par Enedis via ce nouveau compteur.

Les avocats des requérants déplorent également les possibles problèmes de santé liés à la pose de compteurs Linky, une crainte déjà exprimée à maintes reprises depuis le début du déploiement. L’un d’eux évoque même, rapporte France Bleu, « des trucages des mesures d’expositions aux champs électromagnétiques ». Les anti-Linky demandent ainsi au juge des référés le droit à une information claire et précise sur ce nouveau compteur « intelligent » et ses composants et sur les données qu’il est en mesure de collecter. Ils réclament également de pouvoir refuser la pose de ce compteur, ainsi que la possibilité de le faire enlever dans le cas où il aurait déjà été installé.

Du côté d’Enedis, on a évoqué lors de cette audience l’obligation de déploiement des compteurs Linky en France en raison d’une directive européenne transcrite dans le droit français. En ce qui concerne l’amas de données personnelles, Enedis a tenu à rappeler qu’il en gérait déjà énormément avec les anciens compteurs et que selon les recommandations de la Commission nationale de l’informatique et des libertés et celles du RGPD (le Règlement général sur la protection des données), il lui était impossible de transmettre les informations collectés à des tiers, sauf si le consommateur donne son accord. La décision du juge est attendue le 31 janvier prochain.

Source : Capital